Borussia Dortmund vs. AS Monaco : fallait-il faire jouer le match ?

Une heure et demie avant un quart de finale important de Ligue des Champions, les joueurs du Borussia Dortmund en Allemagne, prennent la route à bord de leur bus, pour se rendre au Signal Iduna Park, le stade qui accueille la rencontre. A peine sortis du complexe de leur hôtel, trois explosions retentissent au bord de la route, au moment ou le car emmenant les joueurs, passe. Entre incompréhension et choque, l’équipe du Borussia se retrouve dans l’incapacité de jouer le match face à l’AS Monaco, club de Ligue 1 Française. L’UEFA reporte tout d’abord la rencontre, puis l’annule finalement pour la déplacer le lendemain à 18h45. Fallait-il réellement que le match entre les deux équipes ait lieu si peu de temps après cette attaque ?

Trois explosions autour du bus des Allemands

Pour reprendre les faits qui se sont déroulés peu de temps avant le Quart de Finale de la Champions League entre Dortmund et Monaco, les joueurs allemands n’ont pas pu se rendre au stade à cause d’une attaque de leur bus. Trois bombes au total ont explosé près de leur hôtel, sur leur chemin menant au Signal Iduna Park. Une quatrième a même été retrouvée proche des trois autres.

Thomas Tuchel, n’a pas digéré ce report puisque pour lui, les joueurs se sont sentis ignorés par l’UEFA comme « s’il s’agissait d’une canette de bière qui a frappé le bus. »

Comme le signale, le gardien de l’équipe nationale Suisse, Roman Bürki, les joueurs se sont tous mis au sol, dans l’incompréhension générale. Il raconte aussi que la police les a rapidement pris en charge après les explosions, mais que les joueurs et le staff étaient tous réellement choqués. Qui plus est, le défenseur espagnol, Marc Bartra doit se rendre à l’hôpital, car des débris de la vitre lui ont donné quelques coupures au bras. Un policier qui escortait le bus, a lui aussi, été blessé dans l’attaque du car allemand.

Après plusieurs réunions entre les clubs et l’UEFA, les organisateurs ont finalement décidé de déplacer le match au lendemain, soit mercredi à 18h45. Un délai qui s’est avéré, peut-être un peu trop juste, compte tenu de la situation dramatique.

Une victoire Monégasque, le lendemain

Malgré la solidarité exceptionnelle entre les supporters de Monaco qui se sont vus offrir l’hospitalité chez ceux du Borussia, à travers l’action du hastag #Abedforawayfans (« un lit pour les supporters adverses »), ainsi qu’un formidable hommage des fans allemands via un hymne frissonnant (le « You’ll Never Walk Alone »), la fête annoncée pour Dortmund a été gâchée.

Dès les premières minutes, les joueurs allemands sont empruntés et concèdent un but de Kylian Mbappé avant d’offrir à Monaco un penalty (manqué), puis un but contre leur camp. Bien que le Borussia ait réussi à trouver la marque deux fois en seconde période, les joueurs n’ont pu empêcher une défaite, qui paraissait, si logique après l’attaque qu’ils ont pu vivre.

Fallait-il jouer si vite ce match ?

Pourquoi la rencontre a-t-elle été reportée, seulement au lendemain ? Pour deux raisons. Premièrement, la faute à un calendrier très chargé pour les deux équipes. Alors que nous sommes en fin de saison, le championnat ressert ses rencontres et certaines rencontres ont déjà été reportées. Par ailleurs, la demi-finale retour devait se jouer, une semaine après. Deuxièmement, les coûts liés à un report s’avèrent très conséquents. L’organisation, la logistique, mais aussi le déplacement des supporters, représentait un enjeu à suivre. Monaco a notamment offert 80€ à ses supporters pour couvrir leurs frais pour la nuit entre mardi et mercredi.

Toujours est-il que l’entraîneur du Borussia, Thomas Tuchel, n’a pas digéré ce report puisque pour lui, les joueurs se sont sentis ignorés par l’UEFA comme « s’il s’agissait d’une canette de bière qui a frappé le bus ». Les Allemands ont d’ailleurs expliqué à la presse que le plus important, n’était pas le match, mais la famille. Le Borussia Dortmund n’avait clairement pas la tête à jouer cette rencontre de Champions League !