Le Betting Exchange

Interdit en France suite à la loi d’ouverture du marché des jeux en ligne à la concurrence, le Betting Exchange est un produit pourtant très en vogue. En effet, la communauté des parieurs sportifs utilise cet instrument à cœur joie car il lui fournit une expérience plus exaltante ainsi que des possibilités beaucoup plus nombreuses en termes de pronostic. Dans le suivant article, nous tenterons de vous présenter en détails ce système de paris qui est très similaire au marché de la bourse.

Principe du Betting Exchange

Particulièrement utilisé par les parieurs sportifs chevronnés, le Betting Exchange fournit un nombre de paris plus importants et permet aux utilisateurs d’en acheter ou d’en vendre à une cote qu’ils ont eux-mêmes la chance de fixer. Le Betting Exchange ressemble donc à une sorte de place boursière où les paris sont une marchandise qui peut se négocier, s’acheter ou s’échanger.

Aussi attractif que soit le système du Betting Exchange, ses caractéristiques peuvent s’avérer un brin plus complexes lorsqu’on creuse en profondeur. Ce mode de pari permet plusieurs possibilités qu’il est indispensable d’expliquer en détail. Trois grandes tendances se développent sur le Betting Exchange :

  • Le Back : En tant que parieur en ligne, vous pronostiquez en faveur d’une équipe ou d’un sportif précis tout en misant sur une issue spécifique (la victoire, la défaite voire le nul). La prise de pari est donc standard bien que vous ayez la chance de bénéficier d’une meilleure cote –les commissions prélevées par les bookmakers sur les sites de Betting Exchange est bien moindre en comparaison avec les configurations classiques. Ce qui est d’ailleurs intéressant ici, c’est surtout que la cote proposée a été fixée par un parieur comme vous, et non par un bookmaker !
  • Le Lay : En tant que bookmaker, vous pouvez fixer la cote d’un pari ou d’une issue. En réalité, le but de votre démarche est de toujours contredire le pronostic émis par un ou plusieurs joueurs. Vous prévoyez donc soit le nul, soit la défaite de l’équipe supportée par ces derniers. Par exemple, dans un match de tennis opposant Djokovic à Tsonga, le bookmaker est persuadé que Djokovic perdra. Il peut donc le layer à une cote de 6,00 pour un montant maximum de 5€. A la façon d’un bookmaker, si Djokovic échoue vraiment, vous remporterez 5€ par l’autre parieur. S’il a le malheur de gagner, vous lui devrez pas contre 30€.
  • Le Surebet : Le Surebet est un mode de pari qui se pratique généralement en direct. Il a les mêmes caractéristiques que les méthodes exposées plus haut. Son principe reste cependant simple : l’utilisateur doit backer une issue quand elle est plus haut et la layer lorsqu’elle est au plus bas ! Rien de plus simple donc !

Le Betting Exchange interdit dans certains pays

Amis suisses, prenez garde ! Il semblerait que le Betting Exchange soit interdit dans certains pays, notamment chez notre voisin français. La loi d’ouverture des jeux en ligne à la concurrence, qui date de juin 2010, bannit ce système. En plus des risques qu’il comporte en termes de finances, le gouvernement hexagonal souhaite conserver le contrôle sur la fiscalité des échanges et sur le taux de redistribution aux joueurs. Si vous voulez pratiquer le Betting Exchange, veillez donc à ce qu’il soit bel et bien autorisé dans votre pays de résidence.

Découvrez les autres notions essentielles aux paris sportifs

Profitez des articles ci-dessous pour devenir de véritables experts des paris sportifs :